Implications politiques

On peut prouver que Lulle était tout à fait capable de comprendre les réalités du monde dans lequel il vivait. Il était réaliste dans le choix qu’il faisait de ses patrons séculaires. Il ne s’adressa jamais aux empereurs ni aux prétendants de l’empire allemand. En revanche, il eut recours aux républiques maritimes italiennes et, surtout, aux rois de France et d’Aragon, ainsi qu’à la papauté. L’aide de telles puissances était indispensable pour entreprendre une croisade et assurer la conversion de l’Islam. L’attention de Lulle oscillait donc entre la France et la Couronne d’Aragon. Mais l’auteur, bien que d’origine catalane, manifestait une préférence plus marquée en faveur de la France.

De 1309 jusqu’à 1311, Lulle apporta son soutien aux prétentions françaises manifestées envers l’empire byzantin. Ce qui est surprenant, c’est qu’il était aussi en faveur de la suppression des templiers —et sur ce point il ne coïncide pas précisément avec les meilleurs penseurs de l’époque. Dans une série de traités dédiés à Philippe le Bel (écrits à Paris entre 1309 et 1311), il reconnut d’une manière claire non seulement la prééminence de la France en Occident, mais aussi le droit du roi d’intervenir dans les affaires ecclésiastiques en tant que ‘doctor fidei christianae’. Il sollicita aussi l’aide de Philippe contre l’averroïsme à l’Université de Paris. Il voulait non seulement que Philippe, avec l’accord de la papauté, fonde des collèges pour l’enseignement des langues orientales, mais aussi qu’il fusionne en un seul les ordres militaires qui existaient alors, ‘quia rex est defensor fidei’. Lulle intervenait dans des questions brûlantes et ses opinions tenaient compte —d’une manière très rapide et immédiate— du changement considérable qui s’était produit dans la chrétienté, symbolisé par la translatio de la papauté de Rome à Avignon. Ce réalisme porta ses fruits. Lulle reçut de Philippe le Bel un document dans lequel il était qualifié de ‘vir bonus, justus et catholicus’, un témoignage très utile si l’on considère les critiques formulées contre Lulle par un théologien comme Augustinus Triumphus, très influent à la Curie. Il est aussi fort probable que l’influence française ait été la cause du canon XI du Concile de Vienne, qui établissait dans certains centres des chaires pour l’enseignement des langues orientales aux futurs missionnaires. C’était l’accomplissement d’une des demandes les plus constantes de Lulle.

Les relations entre Lulle et la cour de France n’empêchaient pas les contacts avec les souverains de la Maison de Barcelone. Sans jamais perdre de vue les objectifs qu’il se donnait, Lulle savait varier les moyens à utiliser. En 1305, il présenta à Jacques II d’Aragon son œuvre la plus importante sur la croisade, le Liber de fine, et il la fit aussi parvenir au nouveau pape, Clément V. Jusqu’à sa mort, Lulle était resté en contact avec Jacques II.

Source: Hillgarth, J.N., “Raymond Lulle et l’utopie”, Estudios Lulianos 25 (1981-1983), p. 176-177.