Blaquerna

La forme ‘Blaquerna’, et pas ‘Blanquerna’, est celle qui apparaît dans les manuscrits les plus anciens du roman ainsi que dans ceux d’autres œuvres qui le citent. C’est seulement à partir de la moitié du XIVe siècle que les auteurs catalans commencent à écrire la forme avec le premier -n- ajouté, plus euphonique, qui a persisté jusqu’aux temps modernes ; ils voulurent probablement mettre en rapport le nom avec l’adjectif ‘blanc’, alors que Lulle semble l’avoir emprunté du nom d’un palais connu de Constantinople, le palais de ‘Blaquernes’. Vid. Badia, Lola, Joan Santanach i Albert Soler, "Ramon Llull no va escriure Blanquerna. Per a una correcta catalogació de la novel·la lul·liana", Estudis Romànics 39 (2017), pp. 355-360.